Fugitives
Bienvenue sur Fugitives 2.0

Que tu sois Fugitiviens, Fugitivienne ou simple passant, nous te souhaitons de passer un agréable moment dans notre univers !

Mais hé ho... approche, je vais te dire un secret que tu as le droit de partager autours de toi, si si je te jure que c'est vrai.... : il parait que y'a une ambiance de folie ici et que les membres sont super actifs !!!

Incroyable pas vrai ? Bah alors qu'est ce que tu attends ? Rejoins-nous vite !

En tous les cas merci de ta visite et je suis pressée de te revoir bientôt !

La Destinée


HEY Invité !!! Oseras-tu nous rejoindre et risquer ta vie ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
anipassion.com
Partagez | 
 

 And all that I can see, it's just a fuckin' lemon tree... [ Kalianna & Selah ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Selah E. Eastlake

avatar

Sexe : Féminin Messages : 24
Points RP : 15
Date de naissance : 25/07/1993
Date d'inscription : 25/04/2011
Age : 25

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance:
Âge du personnage: 25 ans
Fonction au sein de votre groupe:

MessageSujet: And all that I can see, it's just a fuckin' lemon tree... [ Kalianna & Selah ]   Jeu 28 Avr - 18:27

&

C'est pas vrai, qu'est-ce que je fichais ici? Dans la forêt, entourée... d'arbres, de buissons et de gentils petits oiseaux (yeurk). Il y avait des fois où je me demandais vraiment si j'étais masochiste. Un petit retour en arrière s'impose? Suivez le guide...

La sonnerie stridente du réveil me sortit de mes cinq heures de sommeil (les nuits blanches dans les labos sont un excellent entraînement pour faire des nuits courtes). Comme d'habitude, je me levais d'un bond et envoyé valser l'appareil contre le mur. Celui-ci ne manqua pas de manifester son indignation en hurlant davantage. Exaspérée je lui communiquait mes excuses en le ramassant et e reposais sur ma table de chevet. Quinze heure. J'avais du temps devant moi avant de pouvoir sortir.
En traînant des pieds et la nuque raide, je me dirigeais vers la salle de bain. Non sans avoir effleuré l'écran plasma qui semblait flotter au mur pour l'allumer. Immédiatement, la chaîne principale des infos du pays se mit à débiter les dernières nouvelles, le volume à fond. J'entrais dans la salle carrelée, laissant la porte ouverte et passais sous le jet d'eau brûlant. Tout en humant les échantillons de savons, j'écoutais le journaliste qui décrivait les lieux d'une dernière « explosion mystérieuse » s'étant produite la nuit dernière. Mystérieuse, hein? Ben voyons s'était sûrement une autre de ses courses poursuites entre mutants et « chasseurs » qui s'était mal terminée. Pour qui? Là était la question. Le reportage suivant constituait en une brève présentation des manifestations anti-mutants qui sévissait dans la ville. Crétins d'humains et d'apotéistes qui ne comprenaient strictement rien à la science. Pour eux, les personnes possédant des capacités hors du commun n'étaient que des démons. Comme s'ils savaient ce que c'était! (bien que j'aurais été ravie d'en avoir un sous la main pour l'étudier).
Une bonne demi-heure plus tard je sortit enfin, une simple serviette autour du buste avant de m'affaler dans mon lit king-size. Pour une fois je m'étais faite plaisir en m'accordant une suite affaire dans un grand hôtel. Il y a trois nuit j'avais piraté le système pour trouver un de leurs habitués et prévu la note sur son compte. Pour le personnel j'étais la nièce de Mr Shelley, ce qui était plutôt sympa car celui-ci n'était autre qu'un PDG d'une grande entreprise pharmaceutique, devant peser plusieurs milliards de dollars.

Depuis mon matelas, je pouvais profiter de la vue que m'offrait la gigantesque baie vitrée. Une jungle de gratte-ciels, de béton, de verre et de métal, s'étendait de tous les côtés. Le seul environnement dans lequel je me sentais à l'aise. Peu à peu je me perdis dans mes pensées. L'un des mutants que j'avais un jour eu en tant que « patient » m'avait avoué qu'il aurait dû fuir dans les montagnes. Quelle folie! Il était bien plus aisé pour moi de me cacher en ville où tout était relié à un ordinateur. Chose avec laquelle j'entretenais plus d'affinité qu'avec n'importe quel humain.
Oui, pour moi la vie était facile en ville. Enfin si l'on exceptait les deux ou trois petits loupés qu'il y avait eu et qui s'étaient terminés en course effrénée. Vous voyez le tableau? Moi, des hommes armés derrière, dans une ruelle sombre. Pas de chance pour eux à chaque fois j'avais réussis à m'introduire dans un bâtiment ultra-protégés en passant au travers des alarmes, et en m'enfuyant par l'arrière. Pas très futés les colosses. En même temps je savais que ceux-ci ne constituaient que la partie peu dangereuse de la milice du Centre. J'avais eu de la chance jusqu'à maintenant de ne pas tomber sur un véritable chasseur « amélioré ».
Parfaitement réveillée, je m'accordais encore une longue pause télé, zappant sur les centaines de chaînes à disposition. Lorsque je reçus le signal (mes cheveux étaient secs) j'enfilais un jean slim délavé, un vieux perfecto, et empoignais mon sac avant de sortir. Je n'emportais rien d'autre que ce qui se trouvait au fin fond de ma besace : un porte-feuille épais comme un annuaire et remplit de faux papiers et de liquide, deux portables (un jetable et Jo, mon vieux copain), une petite trousse de premiers soins et un bouquin tout écorné. Je voyageais léger, comme on disait. Les habits n'étaient pas un problème, j'en changeais tous les jours en passant dans un magasin, idem pour les repas. Et puis comme j'étais forcée de toujours changer d'endroit je ne voulais pas m'encombrer de trop de choses.
Enfin je sortis du palace en plein centre-ville. Le soleil commençait sa descente et je n'avais aucune idée d'où aller. Prise d'une subite envie je me mis à marcher en direction du premier arrêt de bus que je vis et montais dans le car à l'arrêt. Sans en regarder la destination. Qui vivra verra, non?

Et c'est ainsi que je me retrouvais devant la forêt dans laquelle je m'étais engagée comme une idiote. Cela faisait des heures que je tournais en rond, heureusement pour moi mes toutes nouvelles Doc Martens tenaient le coup. J'étais complètement paumée. Ici tout était trop naturel. Rien ne fonctionnait à l'électricité, pas le moindre petit bout de circuit imprimé, ni même une stupide cabine téléphonique. Simplement du vert partout.
L'endroit où je me trouvais était peuplé d'arbres denses et touffus, me donnant une impression glauque. A force de m'engouffrer dans des taillis de plus en plus sombres et avec le soleil qui déclinait, je sentais un sentiment familier de claustrophobie m'étreindre la trachée. J'avais toujours eu du mal avec la nature. Sûrement un contre-coup d'avoir été élevée par une bande de pauvres bougres accro au compost. Je consultais ma montre pour la énième fois : dix-neuf heures cinq. Et pour la centième fois je me posais une ribambelle de question : est-ce qu'il n'y avait pas un guide dans le coin, jusqu'à quand allais-je tenir sans manger (je n'avais pas pris le temps de manger en partant), et surtout pourquoi étais-je venue me fourrer dans ce pétrin?!
Enfin je débouchais sur une clairière, offrant une trouée rassurante. Fatiguée je m'assis sur l'un des troncs pourrissant au milieu en poussant un soupir à fendre l'âme. Je n'écoutais même pas les chants des derniers oiseaux ou le vent bruissant dans les feuilles, trop occupée par mon « malheur ». Par contre, le bruit très net d'une branche craquant sous quelque chose me fit sursauter. Pas « quelque chose », plutôt « quelqu'un ». Soudain sur mes gardes je me remis vivement debout en scrutant la lisière des arbres. J'étais persuadée qu'il y avait une autre personne ici. Restait- à savoir si la personne en question était ami... ou ennemi?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

And all that I can see, it's just a fuckin' lemon tree... [ Kalianna & Selah ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fugitives :: La Forêt-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit