Fugitives
Bienvenue sur Fugitives 2.0

Que tu sois Fugitiviens, Fugitivienne ou simple passant, nous te souhaitons de passer un agréable moment dans notre univers !

Mais hé ho... approche, je vais te dire un secret que tu as le droit de partager autours de toi, si si je te jure que c'est vrai.... : il parait que y'a une ambiance de folie ici et que les membres sont super actifs !!!

Incroyable pas vrai ? Bah alors qu'est ce que tu attends ? Rejoins-nous vite !

En tous les cas merci de ta visite et je suis pressée de te revoir bientôt !

La Destinée


HEY Invité !!! Oseras-tu nous rejoindre et risquer ta vie ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Tu sais ce qu'un technopathe dit à un autre technopathe...? [ Michael & Selah ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Selah E. Eastlake

avatar

Sexe : Féminin Messages : 24
Points RP : 15
Date de naissance : 25/07/1993
Date d'inscription : 25/04/2011
Age : 24

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance:
Âge du personnage: 25 ans
Fonction au sein de votre groupe:

MessageSujet: Tu sais ce qu'un technopathe dit à un autre technopathe...? [ Michael & Selah ]   Mar 26 Avr - 17:31

&

Voilà maintenant trois heures que je marchais dans la rue. J'errais sans but, claquant mes talons hauts sur le bitume morne et gris de Washington. Triste image si vous voulez mon avis. D'habitude je dormais une partie de la journée et restais enfermée jusqu'à la tombée de la nuit. Je trouvais cela plus facile pour se déplacer sous couvert de l'obscurité plutôt qu'en plein jour à la vue des passants...et éventuellement d'autres personnes plus dérangeantes, comme des hommes de terrains. En pensant à ces gentils toutous (qui s'apparentaient en fait plutôt à des molosses) je grinçais des dents. Cela m'arrivait de plus en plus fréquemment. Dès que j'étais contrariée en fait, et Dieu sait qu'en ce moment je l'étais particulièrement.

Tout ça pour en revenir au fait qu'aujourd'hui je marchais à découvert, au milieu de la foule d'employés/businessmen/familles et autres, le regard noir et une aura sinistre m'entourant. Comme d'habitude j'étais de mauvaise humeur. Je ne savais pas où aller, et s'il y avait bien une chose que je détestais c'était l'indécision. Sûrement le principal inconvénient d'être pourchassée par une organisation influente : on ne pouvait rester à la même place trop longtemps. La fuite était votre seule chance de survie.
Mais la chance me sourit quand j'aperçus un distributeur éloigné de la rue marchande, à l'écart des badauds. Bien plus pratique en effet de retirer un certain nombre de billets sans une queue de curieux attendant leur tour. Surtout quand vous n'aviez pas de carte bancaire pour obtenir ce liquide... Comme d'habitude je me plantais devant la machine, non sans avoir jeter un ou deux regards soupçonneux par-dessus mon épaule, et posais un peu brutalement la paume de ma main contre l'écran. La machine du sentir ma mauvaise humeur car c'est avec une mauvaise grâce inouïe qu'elle consentit à cracher deux cents dollars en petites coupures.

Je retournais donc à mon errance urbaine, ne jetant que de vagues coups d'œil à ce qui m'entourait. Jusqu'à ce que mon regard tombe sur une élégante façade à colonnades. Son fronton proclamait en immenses lettres majuscules : MUSEE NATIONAL DE L'AIR ET DE L'ESPACE. Cela me fit sourire et, presque inconsciemment, je m'engouffrais entre ses portes vitrées.
Dans le Hall immense, on pouvait observer à loisir un planeur datant du siècle dernier qui me laissait rêveuse. L'hôtesse, une charmante jeune femme (que je trouvais donc immédiatement antipathique), m'interpella.

- Mademoiselle, souhaitez-vous achetez une place? L'entrée n'est qu'à 8$.


Sans même me donner la peine de lui répondre poliment j'acquiesçais et claquais un billet sur le comptoir. Idem lorsqu'elle me remercia d'un sourire lumineux en me souhaitant une agréable visite, je m'en allais en hochant vaguement la tête. Je sentis un rictus étirer mes lèvres en pensant à ma chère mère qui n'aurait pas manquer de me faire la morale. Tout de même, tu aurais pu lui dire au revoir. J'entendais parfaitement sa voix douce, qui avait pourtant le don de me mettre à fleur de nerfs. D'ailleurs rien qu'en y pensant j'avais la furieuse envie de taper sur quelque chose ou de me mettre à trépigner, comme une gamine faisant un caprice. Sauf que je n'étais plus une gamine et que l'époque des caprices était depuis longtemps révolue.

Je pénétrais en premier dans une grande pièce, présentant d'autres avions, tous plus anciens les uns que les autres. La plupart des personnes présentes ne dépassaient pas les douze ans, ou n'allaient pas en dessous de la quarantaine. Je ne vis qu'un ou deux étudiants prenant fébrilement des notes sur certains moteurs exposés. Ceux-ci me firent penser à moi quelques années plus tôt, en parfaite petite souris de laboratoire.
Je passais donc dans une salle attenante, vide. Immédiatement je me sentis mieux. Les machines en expositions étaient des ordinateurs, allant d'un mur de circuit complet au dernier ordinateur portable. Ça c'était mon domaine. Avec un peu de chance j'allais même pouvoir faire la discussion avec un des modèles récents (les plus vieux ne possédant qu'un « vocabulaire » limité).
Enfin, c'était sans compter sur la personne debout dans un coin, devant la machine que je lorgnais depuis mon entrée dans la pièce. Agacée, j'attendis donc mon tour, en profitant pour la détailler. De haute stature, les épaules carrés, plutôt jeune il n'avait pourtant pas l'air d'un de ces matheux que j'avais croisé plus tôt. Sûrement un de ses fils à papa voulant se donner un genre de grand ingénieur en bafouillant deux ou trois phrases sur la codage binaire... Pourtant quelque chose dans sa posture me dérangeait. Je me mis à me mordiller la lèvre inférieure en cherchant ce qui clochait... A oui, il était penchée sur l'écran, pourtant éteint, comme s'il voulait lui parler. Une attitude qui m'était plus que familière.
Je choisis de battre en retraite et de me diriger vers une autre salle, contenant des modèles de fusées. C'était sans compter sur mon adresse habituelle : mon pied se tapa dans l'un de ses fichus poteau en métal qui retenaient les cordons de velours. Le bruit de mon talon cognant contre le métal me fit penser à un gong comme on en voyait si souvent dans des documentaires sur la Chine. Il me parut assourdissant dans l'atmosphère feutrée de la pièce, et je ne pus m'empêcher de jurer tout bas.

- Merde.


Plus irritée qu'autre chose, je relevais la tête avec un regard hautain vers le jeune homme à l'autre bout de la pièce. Pourvus qu'il n'engage pas la conversation, car je n'étais pas d'humeur à parler avec un geek du dimanche...


Dernière édition par Selah E. Eastlake le Sam 30 Avr - 19:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Skye

avatar

Sexe : Masculin Messages : 94
Points RP : 52
Date de naissance : 06/05/1990
Date d'inscription : 10/04/2011
Age : 28
Localisation : *Croise les doigts et ferme les yeux* Lit de riley... lit de riley...Lit de riley

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance: Mutant passif
Âge du personnage: 21
Fonction au sein de votre groupe: Indépendant

MessageSujet: Re: Tu sais ce qu'un technopathe dit à un autre technopathe...? [ Michael & Selah ]   Mer 27 Avr - 2:22

Ce matin je m'étais levé avec la ferme intention d'amilioré la robotique qui passait dans mon bras.Mais pour cela il me fallait un ordinateur pour brancher sur le réseau et accéder a des plans ou es-ce que j'aurais bien pu avoir accès a cela...Je n'en savais rien ! Pour les pièces c'était du tout cuit les petit vendeur d'informatique ainsi que les ferailleries (pour les pièce moins informatique) mais pour ce qui est de trouvé des plants ou plutot une manière de les mettre en application car un certains nombre d'entre eux me venait naturellement en tête comme ça sans avertir d'ailleurs Riley avait pu en témoigné...

Puis lors de ma balade au parc une place dont je me fatiguais jamais d'allé j'alla au banc ou j'avais revu ma très chère Riley pour y apercevoir deux adolescent : un mec assez mignon et une fille plutôt du genre intello mais qui avait l'air d'ignoré sa beauté vue ce niveau de gêne qui émanait d'elle...

Je ne pu m'empêcher de sourire en les observant qui se tournait autour,le mec avait l'air plus du genre a avoir la cote mais il semblait vraiment se plaire avec elle et puis lorsque se fut le temps de se donné un lieu de rendez-vous elle suggéra le musée.Intello jusqu'au bout cette petite ! Mais son idée m'inspira et j'y alla

a l'entrée la jeune fille me souri bizarrement surement qu'elle me trouvait mignon ou un truc du genre,au point ou j'en étais je n'arrivais plus très bien a comprendre la logique humaine...Elle m'aborda a cause de son boulot bien sure et me demanda 8$ que je lui remit.Il était facile pour un technopath d'avoir de l'argent,il suffisait simplement de demandé a une machine distributrice ou bien allé sur son comte et en modifié le chiffre qui y apparaissait en ce qui concerne son contenu...

Rapidement j'eu accès a des ordinateurs et a un réseau internet sans fil mais le simple réseau local me fit entièrement satisfaisant vue ce qu'ils expliquaient sur la mécanique,l'aérodynamique ainsi que bien des domaines...

Puis soudainement mon travail fut interrompu par une jeune femme qui en me voyant tourna les talons pour finalement allé se cogné et dire "presque" discrètement Merde alors je lâcha tout et j'alla la voir

-Hum es-ce que ça va tu t'es fait mal ou quoi ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Selah E. Eastlake

avatar

Sexe : Féminin Messages : 24
Points RP : 15
Date de naissance : 25/07/1993
Date d'inscription : 25/04/2011
Age : 24

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance:
Âge du personnage: 25 ans
Fonction au sein de votre groupe:

MessageSujet: Re: Tu sais ce qu'un technopathe dit à un autre technopathe...? [ Michael & Selah ]   Sam 30 Avr - 12:59

Visiblement Dieu n'avait pas choisit d'exaucer ma prière (il faudrait que j'ai une petite conversation avec Lui). Le blondinet se retourna vivement avant de s'approcher. Incapable de me retenir je levais les yeux au ciel, personnification suprême de l'irritation. Alors quand il me demanda comment j'allais je ne pus m'empêcher de lui lancer au visage (très agréable, à titre purement indicatif) :

- Merci, ô prince charmant, mais la grande fille que je suis peut se débrouiller toute seule.

Et sur ce sympathique accueil, je me dirigeais d'un pas raide en direction de l'ordinateur qu'il venait de quitter. Qui va à la chasse perd sa place! Je voulus mettre un point d'honneur à le bousculer un peu mais il s'écarta de justesse. Je me sentais vraiment d'une humeur de dogue. Pas au point de mordre, mais pas loin non plus.
Néanmoins je m'adoucis en arrivant devant la machine, oubliant le gêneur qui avait sûrement du passer dans une autre pièce. Ses courbes étaient harmonieuses et ses capacités tout à fait géniales. Je ne pus m'empêcher de le caresser tendrement, comme une petite fille avec son doudou. Pour moi les machines, et plus particulièrement les ordinateurs, faisaient toute ma vie. N'ayant pas voulu suivre les traces de mes parents je m'étais réfugiée dans l'informatique, y consacrant tout mon temps libre, puis en fac, mes études. C'était pour cette raison que ce musée m'apparaissait si familier. Ce qu'il contenait était tout ce que j'aimais.

Avec précaution je posais ma main gauche sur le clavier, puis effleurais de la droite l'écran. Bien qu'il ne soit pas brancher au secteur, il s'alluma avec un ronronnement délicieux. Je rouvris mes paupières et un fin sourire de satisfaction apparu sur mon visage. Par automatisme je parcourais les dossiers. Évidemment il n'y avait pas grand chose : quelques démonstrations de jeux vidéos, les différents programmes pouvant être installés, etc. Je ne m'attendais pas à mieux, je ne fus donc pas déçue. Par contre, je pus à loisir déterminer ses composants.
Complètement absorbée par mes recherches, je ne sentis pas approcher le jeune homme de tout à l'heure, dont j'avais complètement oublié l'existence. Pour moi, il était sortit de la salle après la remarque assassine que je lui avais faite. En tout cas c'était le comportement normal qu'une personne tout aussi normale aurait eu.
Sauf que le blondinet apparut à côté de moi me faisant sursauter. Paniquée, je refermais vivement l'ordinateur, et retirait mes mains. Il s'éteignit aussi sec. Embarrassée et paniquée, je me retournais en bafouillant, passablement énervée.

- C'est pas vrai! Ça t'arrive souvent d'espionner les gens comme ça?
sifflais-je, venimeuse.

Bien qu'il me dépasse d'une bonne demi-tête, je relevais la tête afin de le regarder avec agacement. J'analysais (après-coup, oui oui, c'est bon) qu'il ne semblait pas avoir remarqué ce que je trafiquais depuis tout à l'heure. Où en tout cas s'il l'avait vu, il n'avait pas paniqué, hurlé ou appelé la police. Agréable changement à vrai dire.
Le silence se prolongeait. Incapable de rester en place, je fourrais mes poings serrés dans mes poches en m'efforçant de respirer calmement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michael Skye

avatar

Sexe : Masculin Messages : 94
Points RP : 52
Date de naissance : 06/05/1990
Date d'inscription : 10/04/2011
Age : 28
Localisation : *Croise les doigts et ferme les yeux* Lit de riley... lit de riley...Lit de riley

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance: Mutant passif
Âge du personnage: 21
Fonction au sein de votre groupe: Indépendant

MessageSujet: Re: Tu sais ce qu'un technopathe dit à un autre technopathe...? [ Michael & Selah ]   Lun 2 Mai - 2:18

-Non cela ne m'arrive pas souvent simplement cela m'arrive les rare fois ou je vois une fille capable de faire fonctionné un ordinateur qui n'a plus de bloc d'alimentation a l'intérieur...Ou du moins il y en a un mais celui-ci est brûler mais tu dois le savoir...

Je me pencha bientot sur elle afin qu'elle recule et s'accote sur l'ordinateur,j'avais une main de chaque côté d'elle,de son corps et je plongea mon regard dans le sien jusqu'à ce que l'ordinateur se ré-allume en clignotant comme après une panne de courant.Mon cerveau étaient en train de chercher chaque goute de courant qui pouvait passé dans la pièce que ce soit pour les lumières,les machines distributrices ou même les porte électronique,tout flanchait puis l'ordinateur sembla allé mieux que jamais et un bruit de grondement passait sur ma main gauche a cause du courant qui s'y accumulait puis je m'écarta d'elle sans rien

-Excuse moi...d'avoir remarqué ce que tu faisais...Mais comparé a moi tu ne passerais pas inaperçu même avec un sac poubelle sur la tête ! Parlé avec son ordinateur c'est plutôt inhabituel et vue que tu es assez jolie les regards se fixe rapidement sur toi..

bien sure j'étais loin d'oublié riley,Riley était et sera toujours la seul qui comte
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Tu sais ce qu'un technopathe dit à un autre technopathe...? [ Michael & Selah ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Tu sais ce qu'un technopathe dit à un autre technopathe...? [ Michael & Selah ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fugitives :: The National Air and Space Museum-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit