Fugitives
Bienvenue sur Fugitives 2.0

Que tu sois Fugitiviens, Fugitivienne ou simple passant, nous te souhaitons de passer un agréable moment dans notre univers !

Mais hé ho... approche, je vais te dire un secret que tu as le droit de partager autours de toi, si si je te jure que c'est vrai.... : il parait que y'a une ambiance de folie ici et que les membres sont super actifs !!!

Incroyable pas vrai ? Bah alors qu'est ce que tu attends ? Rejoins-nous vite !

En tous les cas merci de ta visite et je suis pressée de te revoir bientôt !

La Destinée


HEY Invité !!! Oseras-tu nous rejoindre et risquer ta vie ?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vie est un secret dont seul notre âme détient la clé _ Jenny A. Sheppard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Jenny A. Sheppard
Fonda'
avatar

Sexe : Féminin Messages : 813
Points RP : 231
Date de naissance : 21/09/1993
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 24
Localisation : Where is Jenny ?

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance: Mutant rebelle
Âge du personnage: 22 ans
Fonction au sein de votre groupe: Co-Dirigeante.

MessageSujet: La vie est un secret dont seul notre âme détient la clé _ Jenny A. Sheppard   Dim 16 Jan - 2:17

Mon cher journal...



Si je tiens ce journal aujourd'hui c'est que si je viens à disparaitre j'aimerais que quelqu'un puisse réellement prouver mon existence. Que je n'ai pas été qu'un fantôme ou le fruit de l'imagination débordante de certains. Parce que oui j'ai fait des choses dans ma vie, des biens et des moins bien comme tout le monde. Ou alors, est-ce seulement l'exutoire de ce que je ressens, une sorte de jardin secret que j'ai penché sur le papier pour qu'un jour peut être quelqu'un puisse me lire et comprendre pourquoi j'ai agit de telle ou telle manière.

Comme tu le sais surement mon cher toi, qui caresse ces lignes avec tes yeux, la vie n’a jamais été un long fleuve tranquille, mais franchement dis moi qui peut se venter de posséder une vie calme et sans remous ? Tous dans notre vie nous avons connus des péripéties plus ou moins violentes, des petites tempêtes qui ont abimé la coque du navire de notre vie, certains marins sont passés par-dessus bord, mais pour l’instant, le bateau tient le choc. Attends un peu que je te rappel l’histoire de ma vie en quelques évènements brefs car elle n'a pas été des plus tendre…

J’ai vu le jour dans une famille aimante, dans une maison baignée de joie et d’affection. Fille unique et fortement désirée par mes parents, ma mère étant très peu féconde et mon père n’ayant pas assez de spermatozoïdes ou alors, trop faibles pour parvenir jusqu’aux ovules, autant dire que pour eux avoir un enfant était la chose la plus magique qui aurait pu leur arriver. C’est au mois de septembre que je naquis, Jenny, ce ft le nom qu’on me donna, petite brune aux yeux bleus, l’idéal de ma mère. A vrai dire j’avais tout pour passer une enfance heureuse et pleine de joie, mes parents étant riches j’obtenais tout ce que je désirais, mais contrairement à ce que vous pourriez penser j’étais loin d’être une enfant capricieuse, bien au contraire.

A l’âge de six ans, après de nombreux malaises, les médecins ont détecté chez moi une maladie sanguine. La leucémie chronique. C'est à partir de cet âge que je passais la plupart de mon temps dans des chambres d’hôpital. Ce cancer me fit perdre tous mes je fus vite fragile et dépressive. Ce fut les mois les plus noirs de ma vie et les plus douloureux également. En effet à cause de cette maladie on dut me faire deux opérations, l'une pour une greffe de reins et deux mois plus tard après de longs mois d’attente pour un donneur on me greffa un nouveau cœur. Je garde des souvenirs très peut précis de la première opération, mais la seconde restera toujours gravé en moi, j’ai le cœur d’un autre… Il y a de quoi vous marquer non ? Alors tu vois mon Journal, mon enfance n’était pas si heureuse que ça à partir de mes six ans, c’est peut être d’ailleurs ça qui m’a empêché de me pervertir dans l’égoïsme.

Ce fut à l’âge de 11 ans que je retrouvais mes cheveux et ma force vitale, mon pouvoir se déclencha également à cette époque. Je m’en rendis compte lorsque tout autour de moi se mit en lévitation, et dès que j’essayais d’attraper quelque chose qui était trop loin pour elle, il venait se loger directement dans ses mains.
Mes parents me soutenaient dans tout ce que j’entreprenais et ne me sentis jamais délaissée. Je recommençais petit à petit à reprendre une vie normale en battant un peu plus chaque jour cette maladie qui se déversait dans mes veines. Et ce fut à 14 ans que les médecins m’annonçaient avec une joie non dissimulée que j’étais complètement guérie, je savais, en quelque sorte, pourquoi : mon don m’avait un peu aidée mon système immunitaire n’était pas complètement nul finalement.

Et bien tu vois mon cher toi, mon enfance n'a pas été celle de toutes les petites filles à jouer à la poupée, à faire prendre le thé à mes peluches ou encore à jouer à l'élastique dans la cours de récréation. Non mon enfance s'est déroulée dans une chambre d'hôpital, en service pédiatrie, section "cancer" comme je l'appel. Mais ne sors pas tes mouchoir, ma vie n'a pas de quoi faire pleurer dans les chaumière, il y a bien pire que moi sur cette planète... Voilà juste le petit topo de mon enfance... Viendra ensuite ma seconde naissance, un peu comme un phœnix, avec la grâce et la magie en moins.

Note toute fois que je suis folle de panda en
chocolat blanc et que je serais capable de ne faire
mes repas qu'à base de pâtes en forme d'alphabet...
C'est comme la couleur du slip d'Obama...On s'en fou.



__________________________



Dernière édition par Jenny A. Sheppard le Jeu 20 Jan - 1:15, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-st0ry-0f-a-life.skyrock.com/
Jenny A. Sheppard
Fonda'
avatar

Sexe : Féminin Messages : 813
Points RP : 231
Date de naissance : 21/09/1993
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 24
Localisation : Where is Jenny ?

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance: Mutant rebelle
Âge du personnage: 22 ans
Fonction au sein de votre groupe: Co-Dirigeante.

MessageSujet: Re: La vie est un secret dont seul notre âme détient la clé _ Jenny A. Sheppard   Mer 19 Jan - 16:55

Mon cher journal...



Tu vois, mon cher toi, tu commences à entrer dans ma vie et le pire... c'est que ça ne me dérange absolument pas... Mais ne va pas crier sur tout les toits ce que tu es entrain de lire, à la base c'est quand même un journal intime.... Si j'accepte que toi tu saches, je ne tolèrerais cependant pas que tu m'exposes... Bref reprenons

Alors jeune adolescente, je sentis la chance que j’avais de pouvoir vivre. Pendant ces longues années de maladie j’avais souvent souhaité mourir à certains instants de trop grande faiblesse pour trouver la paix, mais maintenant la vie me revenait et la peur s’envolait comme les mauvais souvenirs. Je n’allais pas louper cette occasion ni gâcher tous les efforts que j’avais fait pour m’en sortir. Je me rappelle m’être juré alors de vivre ma vie pleinement et ne jamais louper une occasion de m’amuser.

J’allais au lycée puis, ce fut le temps des premiers amours, des premières sortis, des premiers chagrins d’amour mais surtout des premières expériences. La vie ne m’avait jamais semblé aussi délicieuse qu’à cette époque. Je m’émerveillais de tout. J’avais pour habitude d’être avec des gens plus vieux que moi de quelques années, pour la simple et bonne raison que je trouvais ceux de mon âge complètement abrutis et gamins. La vie est ainsi faite.
C’est à l’âge de 17 ans que je décidais de quitter mes parents, non sans tristesse, mais pour découvrir le monde sous un tout autre regard. J’avais de la chance car mes parents me laissaient faire mes propres choix et tous les mois, ils me versaient une grosse somme d’argent sur son compte. J’en profitais bien il faut l’avouer, j’avais l’impression d’avoir une carte bleue illimité et claquait la plus part de mon argent dans les fringues ou les soirées, CHAMPAGNE EVRYBODY. Je menais une vie de lycéenne américaine tout à fait ordinairement. Je me lançais dans des études de lettre et réussis à passer le concours à l’entrée de la célèbre école de journalisme American University. Une nouvelle preuve que j’avais pris, pour de bon, le dessus sur ma maladie.
Je fus, à ma grande surprise mais pour mon plus grand bonheur la première de ma promotion avec le privilège de choisir la destination pour prendre mes fonctions. Je n’ai pas hésité une seule seconde et choisis donc de rester en Amérique et plus particulièrement la ville de Washington qui me tendait les bras.
J’avais pris un studio que mes parents me payèrent ainsi que tous les aménagements que je désirais. J’aimais le confort et l’esthétisme, j’étais assez casse-pied mais j’avais envie de me sentir bien en arrivant chez moi. Design et cocooning, le pied.

Pendant toute cette époque je tentais d’apprendre comment me servir de mon pouvoir, j’appris même que mon frère en possédait un lui aussi. Était-ce de famille ? J’en sais fichtre rien, mes parents n’en on absolument jamais parlé et je dois dire que nous non plus n’avons jamais rien dit. Evan et moi nous entraidions en nous faisant des petits entrainements qui nous permettaient d’évoluer. Insouciante que j’étais je m’amusais à montrer mes prouesses à mes amis, certains trouvaient ça fun, d’autre un peu flippant. J’avais de tout comme réactions et je dois dire que je m’en foutais pas mal… Jusqu’à ce soir là où tout dérapa…

Note toute fois qu’à partir de maintenant
mon plat préféré sont les lasagnes à la bolognaise
et que ma boisson préféré n’est autre que les
chocolats chauds du Starbuck d’en face.
Pis si ça se trouve,
Obama porte des calçons et non des slips…


__________________________



Dernière édition par Jenny A. Sheppard le Jeu 20 Jan - 0:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-st0ry-0f-a-life.skyrock.com/
Jenny A. Sheppard
Fonda'
avatar

Sexe : Féminin Messages : 813
Points RP : 231
Date de naissance : 21/09/1993
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 24
Localisation : Where is Jenny ?

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance: Mutant rebelle
Âge du personnage: 22 ans
Fonction au sein de votre groupe: Co-Dirigeante.

MessageSujet: Re: La vie est un secret dont seul notre âme détient la clé _ Jenny A. Sheppard   Mer 19 Jan - 19:10

Mon cher journal...


L'horreur...partie1.

Tu vois mon cher toi, la vie nous met des obstacles sur notre chemin, elle nous test. Ma vie était tellement belle. Mais voyons un peu comment tout à dérapé... comment ma vie à basculé du jour au lendemain pour me faire vivre le pire des cauchemars, parce que oui, il y a eu pire que le cancer dont je n’ai jamais parlé à personne, c’est une période de ma vie que je préfère mettre de côté, qui m’a certes endurcie… mais je reste tout de même comme une poupée de porcelaine… Quoi vous ne comprenez pas ? C’est simple, quand tu as une poupée de porcelaine dans tes main mon cher toi, c’est dur, résistant, lisse, t’as l’impression que tout coule sur elle, mais si tu la laisse tomber elle se brise en millions de morceaux… Tu vois où je veux en venir ? Bah voilà, le cancer, m’a un peu fragilisée, mais ce qui m’a rendue comme cette poupée c’est ce qui s’est passé il y a maintenant deux ans et demi…

Ma carrière avait très bien débuté, je grimpais les échelons à une vitesse vertigineuse, ce qui m'attirait beaucoup d'amis, mais aussi des jalousies. Apparemment je faisais trop bien mon métier, je fouillais un peu trop aux yeux de certains de mes amis, ou des personnes que j’éclairais au grand jour pour le plus grand bonheur de mes lecteurs. Vous ne pouvez pas avoir 350 milles lecteur sans vous faire quelques ennemis… et ce, même parmi vos amis qui jalousent votre réussite. Vous avez cravaché dur pour en arrivé jusque là mais eux ils s’en foutent, ils ne voient que le résultat. Ces mêmes personnes qui quelques mois au par avant me trouvaient cool au vus de mon don… J’allais vite regretter de leur avoir montré… Un jour j'ai reçue un appel téléphonique des plus inquiétants, me disant que des gens allaient venir chez moi et me retirer à ce monde, moi et... mon frère. Au départ je ne pris pas tout ça très au sérieux, cela ma faisait même rire. J'avais l'habitude de recevoir des coups de file étrange depuis que ma notoriété devenait conséquente. Plus les jours passaient et plus je recevais cet étrange appel. Je pris peur mais me refusais à appeler la police, et c'est un soir que tout bascula.

Après avoir reçue l'un de ces nombreux et inquiétants coups de téléphone je me décidais à sortir dehors, la nuit était douce et calme, la lune dansait avec les étoiles et ma tête s'égarait ailleurs. C'est alors que je remarquais qu'à travers mon dédale en ville deux voitures tout-terrain me suivaient où que j'allais. La peur me saisit et je me mis à courir, de plus en plus vite en entendant les moteurs accélérer aussi. Je m'enfonçais dans des ruelles plus sombres les unes que les autres éclairées seulement par les phares des deux 4x4 noirs. Malheureusement pour moi, ma course se finit dans un cul de sac derrière un restaurant chinois dont la porte de service était verrouillée. Les véhicules s'arrêtèrent et des hommes en tenues militaires en descendirent, des armes les plus étranges dans les mains. Puis; à l'arrière de l'une d'elle, une femme brune, svelte et élancée se décida à sortir une fois tous les gorilles en place, elle tenait une valise argentée en métal à la main en me fixant avec un sourire tandis que mon dos se colla contre le mur à force de reculer. Elle posa la valise sur le capot de la voiture et en sorti un collier, surement fait en métal avec des lumières vertes tous le long, elle s'approcha de moi semblant vouloir me le mettre au tour du cou, d'un coup rapide et vif de main j'envoyais la benne à ordure sur elle l'envoyant rapidement au sol. C'est alors que les soldats ouvrirent le feu, mais de leur canon ne sortaient pas de balles... des sortes de chaînes électrisantes, comme un taser sans fil qui vous paralyse vous forçant à sombrer dans un trou noir et dont vous vous réveillerez sans aucun souvenir.

Je ne me suis réveillée que le lendemain, seule, dans une cellule contenant deux lits, un lavabo et un WC, deux lits oui... mais j'étais bien seule, complètement apeurée et avec un mal de crâne des plus insoutenables. Je soulevais mes manches et remarquait avec dégouts les marques des impactes électriques laissées par ces armes que je n'avais jamais vu et qui me brûlaient férocement. La première des choses que j'ai voulu faire était de faire valser la porte de ma cellule et m'en aller de cet endroit. Mais lorsque j'ai voulu utiliser mon pouvoir, une violente douleur autour de mon cou me fit plier les genoux, m'écroulant au sol. On semblait m'avoir mis un inhibiteur de pouvoir, quelque chose qui m'empêchais de m'en servir à défaut de me faire souffrir encore plus.
Puis, surement apprenant mon réveil, la même femme qu’hier soir vint me trouver, complètement recroquevillée au fond de ma cellule, j’avais froid, peur, mal et faim. Elle avait un sourire des plus glacial sur le visage.

« Bonjour Jenny. Aurais-tu fais de beaux rêves ? » se penchant sur le coté elle remarqua qu’une des lumières de mon collier avait viré au rouge, elle eut un rire léger avant de me lancer « Oh je vois que tu as déjà expérimenté ton collier ? Que tu es sotte de te faire souffrir ainsi toute seule, il suffisait de nous le demander. » Elle se redressa et fit un geste de la main à ses gardes qui s’empressèrent de m’agripper et de m’emmener dans une salle des plus étranges. Comment cette femme connaissais mon nom… où suis-je… que va-t-il se passer ? Autant de questions dont les réponses ne viendraient que plus tard.
Puis vint enfin le temps l’heure de la première séance d'expérience, de la torture plus tard, considérée comme un rat de laboratoire je ne voyais plus l'intérêt de me battre contre eux puisque toutes tentative était vaines et réprimandée de manière ignoble et inhumaine. Mon frère avait été capturé aussi, quelques jours après moi, c'est alors que j'ai vraiment commencé à regretter de ne pas avoir pris ces appels étranges au sérieux, ils avaient mis la main sur mon Evan et je ne leur pardonnerais jamais !

Note toute fois
ne plus jamais
faire confiance à des humains.
.


__________________________



Dernière édition par Jenny A. Sheppard le Jeu 20 Jan - 0:40, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-st0ry-0f-a-life.skyrock.com/
Jenny A. Sheppard
Fonda'
avatar

Sexe : Féminin Messages : 813
Points RP : 231
Date de naissance : 21/09/1993
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 24
Localisation : Where is Jenny ?

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance: Mutant rebelle
Âge du personnage: 22 ans
Fonction au sein de votre groupe: Co-Dirigeante.

MessageSujet: Re: La vie est un secret dont seul notre âme détient la clé _ Jenny A. Sheppard   Jeu 20 Jan - 0:29

Mon cher journal...



L'horreur...partie 2

Tu vois, mon cher toi, la rage qui m’animait n’avait d’égal que ma douleur. Plus les jours passaient et plus les séances d’exercices se transformaient en séances de tortures d’intensité croissante. Mais parfois il semblerait qu’un ange tombe du ciel pour vous tendre la main à l’insu de Dieu, qui lui, vous envoi toute cette douleur comme pour vous dire que vous êtes une erreur de la nature. Alors l’ange est là pour vous dire de continuer à vous battre, car tout le monde mérite sa place sur cette Terre….

Un jour je marchais le long du couloir, le corps et l'esprit complètement bousillé, deux militaires de chaque côtés pour m'escorter jusque dans ma cellule encore vide. Mes pas se faisaient de plus en plus lourds et lents. J'étais exténuée par cette nouvelle série d'expériences qui me faisaient terriblement mal. Jusqu'au moment où je ne pus avancer plus et m'effondra sur le sol, à bout de force, complètement vidée. L'un des hommes me relevais et me secoua violemment pour que je me remette à marcher, je ne fis que deux pas avant de retomber sur le sol... Alors que je m'apprêtais à recevoir une correction physique de plus à coup de matraque et de taser et que j'avais fermé les yeux pour au moins ne pas voir le visage de contentement de mes bourreaux... rien ne se produisis mis à part une voix qui s'éleva dans le silence "Ts ts non,je m'en occupe" Lorsque j'ouvris les yeux je vis un jeune homme, bien habillé, les cheveux brun et le regard sombre, te type fifils à papa bourré de fric en vérité. Mais peut m'importais il venait de m'éviter des coups qui sans doute auraient pus me précipiter du bord du gouffre. Il se pencha et me porta dans ses bras avant de m'emmener dans ma cellule où il y passa la nuit, je m'étais endormie dans ses bras car, je ne sais pour quelle raison mystérieuse, je me sentais en sécurité avec lui, endormie, bercée par les battements de son cœur tout en tenant sa main dans la mienne...

Ryan, c’était le nom de l’homme qui m’avait évité des douleurs supplémentaire et m’’avait accordé ma première nuit de douceur depuis mon arrivé au Centre. Depuis ce jour cet homme à veillé sur moi comme un ange gardien, un mutant lui aussi, mais il était loin d’être traité comme nous, bien au contraire, à l’origine humain, il avait accepté le gêne mutant pour servir le Centre. J’avais une confiance aveugle en lui, je lui confiais la poupée de porcelaine usée que j’étais, et il savait à la perfection la tenir entre ses mains pour éviter qu’elle ne se brise totalement. C’est lui qui venait sécher mes larmes, c’est lui qui me serrait dans ses bras lorsque j’avais peur, c’est lui… encore lui… toujours lui.

Il était mon point de repère, mon pilier dans cet endroit qui me faisait de plus en plus peur chaque jour, où je me sentais épiée de mes moindre gestes, ou la violence était reine et la douleur après coup. A vrai dire, j’en suis tombée rapidement amoureuse. J’avais besoin de lui, peut m’importe le nombre de zéro sur son compte en banque, je m’en fou éperdument, depuis quand l’argent serait-il une motivation pour le cœur ? Avec lui je passais des larmes aux rires. Il savait quoi dire, comment faire, pour penser mes blessures, tant internes qu’externes. Mais dans ce monde là, il n’est certes, pas question que j’avoue ne serait-ce que le début de mes sentiments à son égard. Tout nous différencie, tout nous sépare. Ce serait semblable à une relation Roi et esclave. Autrement dit : ridicule, impensable, irréalisable, mal vu, stupide, grotesque, voué à l’échec… Car oui ma vie c’était un peu ça, un grand échiquier géant, je joue face à une force plus forte que moi, et en ce moment je perds royalement la partie. Je suis proche de l’échec et mat.

Je me souvient encore parfaitement d’une journée, une journée où, j’ai eu l’impression que Ryan avait changé, je l’avait quitté en allant « m’entrainer » comme ils disent, il était normal. Quand je suis revenue il semblait… changé…

~ Je me mis rire, lui indiquant alors où je me trouvais. Il me rejoignit tandis que je me cachait. Mon rire tentant de cacher qu’en réalité j’étais apeurée, et à mon avis, il le sentait parfaitement bien. C’est ça d’avoir son pouvoir. Pratique, ou pas. « Allez sors de là, nous n'avons pas le temps de jouer ». Je sortis toute penaude de derrière l'armoire..le fixant tendrement. Pourquoi t’étais-tu pris d’affection pour une sous merde comme moi… Puis mes yeux le fixèrent différemment, le suppliant du regard je me jetais dans ses bras. « S’il te plais… je ne veux pas y aller… s’il te plais Ryan… » Il me serra fort contre lui, tentant de me rassurer, de me dire qu’il serait là à mon retour. Son odeur et le sentir contre moi avait un don apaisant, j’essayais de me détendre même si mes pensées se redirigeaient vers ce qui allait m’arriver… Deux gardes pénétrèrent alors dans la cellule. « Sauf mon respect monsieur Camara, vous ne devriez pas avoir de contact avec "eux". »Je me précipitais derrière le jeune homme qui ne disait rien, mais en voyant ce soldat tirer une grimace sans mot dire, je ne pus que comprendre que Ryan s’était amusé avec son cerveau pour lui faire comprendre qu’il devait se mêler de ce qui le regarde, en l’occurrence, pas ce qu’il se passe dans cette cellule.
Deux autres gardes pénétrèrent dans la cellule, jetant le corps épuisé d'un homme sur le lit. Le garde qui venait d'avoir ce geste, m’empoigna fermement par le bras et m'emmena de force... J’essayais de résister, et dans un geste de désespoir tenta d’attraper la main de Ryan, sans succès. La peur avait pris le dessus sur moi.
Je vis que Ryan avait tenté de faire un pas, pour intervenir, mais les gardes lui montrèrent bien qu'ils ne fallait pas qu’il oublis son rang et son devoir et j’entendis juste : « Il s'appelle Seth, il est assez dangereux mais nous n'avons pas de cellule pour l'isoler... »
Lorsque je revint dans ma cellule, je ne trouvais que ce Seth, mais de Ryan. Je restais donc seule, meurtrie, n’ayant plus aucunes larmes dans le corps… faible.

Note toute fois c’est dans
Les pires endroits que tu
rencontres des gens formidables.


__________________________



Dernière édition par Jenny A. Sheppard le Jeu 20 Jan - 1:50, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-st0ry-0f-a-life.skyrock.com/
Jenny A. Sheppard
Fonda'
avatar

Sexe : Féminin Messages : 813
Points RP : 231
Date de naissance : 21/09/1993
Date d'inscription : 31/10/2010
Age : 24
Localisation : Where is Jenny ?

Vos papiers s'il vous plaît !
Groupe d'appartenance: Mutant rebelle
Âge du personnage: 22 ans
Fonction au sein de votre groupe: Co-Dirigeante.

MessageSujet: Re: La vie est un secret dont seul notre âme détient la clé _ Jenny A. Sheppard   Jeu 20 Jan - 0:55

Mon cher journal...



BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA L'HORREUR BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA TROISIÈME BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA PARTIE BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA BLA .


__________________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://the-st0ry-0f-a-life.skyrock.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vie est un secret dont seul notre âme détient la clé _ Jenny A. Sheppard   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vie est un secret dont seul notre âme détient la clé _ Jenny A. Sheppard

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fugitives :: Journal intime-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit